100 Francs Or bazor : Rareté et Valeur

patrick13
patrick13

le Mer 11 nov 2020 à 16:40 Citer ce message

Une Tentative ratée de redonner au Franc une expression monétaire en or après la première guerre mondiale

Les pièces de 100 Francs Bazor portent le nom du graveur qui les a créées, Lucien Bazor. Ces pièces ont été fabriquées entre 1929 et 1936, sous forme d’essais et de pièces destinées à la circulation courante. Mais ces pièces n’ont jamais été mises en circulation dans leur totalité. A peine fabriquées elles ont été refondues massivement en raison de l’arrivée au pouvoir du Front Populaire en 1936 et de l’effondrement consécutif de la valeur du franc. Seule une très petite quantité de pièces, dont le chiffre exact est d'ailleurs inconnu, a été mise en circulation.

Les pièces de 100 francs Bazor sont très intéressantes car elles correspondent à la tentative de restaurer le Franc Or tel qu’il existait avant la première guerre mondiale. Les pièces de 100 francs Bazor ont été émises dans le cadre du “franc Poincaré” instauré en 1928 et dont la valeur représentait seulement 1/5ème du Franc Germinal créé par Napoléon Premier. Les pièces de 100 francs Bazor ont les mêmes caractéristiques techniques que les 20 Francs Napoléon qui ont été frappés tout au long du XIXème siècle. Mais leur valeur a été divisée par 5 pour un poids d’or fin identique aux pièces de 20 Francs.

Dans le même temps la France a produit de nouvelles pièces d’argent dévaluées de 20 Francs et de 10 Francs, les pièces de 10 et 20 Francs dites “Turin”.

Les pièces de 100 Francs Bazor ont un style intéressant assez représentatif de son époque avec des influences Art déco. La Marianne à l’avers a les cheveux courts. C’est une concession aux modes de l’époque où la coupe “à la garçonne” était à la mode chez les femmes de la bourgeoisie et manifestait l’émancipation des femmes après la première guerre mondiale. Ceci dit cette Marianne a un aspect un peu martial. Les ailes sur le bonnet phrygien rappellent les pièces de 10 centimes américaines de l’époque, les “Mercury Dime” sur lesquelles la Liberté porte également un bonnet phrygien ailé.

Le revers des 100 francs Bazor est également caractéristique de son époque. Un épis de blé est représenté devant un globe rayonnant encadré par une branche d’olivier et une branche de chêne. On y voit bien sûr l’idée de la Paix mondiale retrouvée après la Première Guerre Mondiale, l’épis de blé symbolisant le retour de la prospérité. Hélas, l’après-guerre ne fut qu’un intermède.

Les pièces ont évidemment une valeur numismatique qui dépasse très largement leur seule valeur métallique intrinsèque. Elles constituent cependant un très bon investissement.

Répondre à ce message